CITATION SUR LA POLITIQUE

Si l'État est fort, il nous écrase. S'il est faible, nous périssons.

Paul Valéry
Charmes.

DES CITATIONS AU HASARD QUE VOUS POURRIEZ AIMER

Une dame disait un jour devant moi, d'elle-même, comme la chose la plus naturelle du monde : «Je ne pense jamais, cela me fatigue ; ou, si je pense, je ne pense à rien.»

Il y en a qui sont faits pour commander et d'autres pour obéir. Moi je suis fait pour les deux : ce midi, j'ai obéi à mes instincts en commandant un deuxième pastis.

En hiver, on dit souvent : «Fermez la porte, il fait froid dehors !» Mais quand la porte est fermée… il fait toujours aussi froid dehors !

Les rêves ont été créés pour qu'on ne s'ennuie pas pendant le sommeil.

Ceux qui ne marchent que fort lentement peuvent avancer beaucoup davantage, s'ils suivent toujours le droit chemin, que ne font ceux qui courent, et qui s'en éloignent.

L'ennemi est bête, il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui.

Toute la nuit, j'ai cru entendre le chromosome en plus qui tournait en rond dans ma case en moins.

Si tu étais plus belle, je me serais déjà lassé... Tandis que là... ! je ne m'y suis pas encore habitué !

Le secret pour voyager d'une façon agréable consiste à savoir poliment écouter les mensonges des autres et à les croire le plus possible.

L'homme naît sans dents, sans cheveux et sans illusions, et il meurt de même, sans cheveux, sans dents et sans illusions.

Dieu est le dernier recours, et le malheureux, qui devait commencer par lui, n'arrive à lui cependant qu'après avoir épuisé toutes autres espérances.

Supprimer la distance, c'est augmenter la durée du temps. Désormais, on ne vivra pas plus longtemps ; seulement, on vivra plus vite.

Je vais rendre l'électricité si bon marché que seuls les riches pourront se payer le luxe d'utiliser des bougies.

Les petites filles aiment les poupées, Les petits garçons aiment les soldats, Les grandes filles aiment les soldats, Les grands garçons aiment les poupées.

Tout finit afin que tout recommence, tout meurt afin que tout vive.