CITATION SUR DIEU ET LA RELIGION

Dieu qui voit nos larmes à notre insu, et qui, dans son immuable sérénité, nous semble n'en pas tenir compte, a mis lui-même en nous cette faculté de souffrir pour nous enseigner à ne pas vouloir faire souffrir les autres.

Citation : Dieu qui voit nos larmes à notre insu, et qui, dans son immuable sérénité, nous semble n'en pas tenir compte, a mis lui-même en nous cette faculté de souffrir pour nous enseigner à ne pas vouloir faire souffrir les autres.

DES CITATIONS AU HASARD QUE VOUS POURRIEZ AIMER

Je mets ensemble les notes qui s'aiment.

Nous n'avons jamais de plan de vol, avoir une direction c'est le meilleur moyen de se perdre.

La chance est bien souvent un hasard qui se provoque.

Dans la vie, on n'a pas ce qu'on l'on mérite, on a ce que l'on a, c'est tout !!!

A elle seule, la vie est une citation.

Si la femme était bonne, Dieu en aurait une.

Plus de temps pour la perte de temps.

Si un jour mon coeur se brise prends-le et reconstruits-le, toi seul pourras le faire renaître à la vie

Si un jour tu as besoin d'un coeur je te donnerais le mien car sans toi il ne me sert a rien...

Plus le temps passe et plus je t' aime, et plus je t'aime plus le temps passe et pourtant je voudrais qu'il s'arrête pour toi et moi.

Eh bien, vous savez, quand les gens ne sont bons à rien, ils deviennent écrivains.

Le tonnerre est impressionnant, mais c'est l'éclair qui est important.

Celui qui n'ose pas regarder le soleil en face ne sera jamais une étoile.

L'internet est si grand, si puissant et si inutile que pour certaines personnes c'est un parfait substitut à la vie.

Le ver solitaire est au peuple des vers ce que le Lion est au règne animal tout entier : « le roi des animaux ». Pourquoi la France est—elle devenue ce grand corps malade et affaibli ? Parce qu’elle répond à des besoins qui ne sont pas les siens. Dans l’hyper-inflation du moi qui caractérise le… ver solitaire, cette super-puissance vibrionnante qui habite son organisme, la pousse à « travailler toujours plus… » pour survivre avec toujours moins. Plus elle se dépense, plus elle s’appauvrit. Plus elle cherche à se nourrir, plus son corps se vide. Et si la sarkose était une forme de nécrose en nos âmes ?! Des forces de mort déguisées, qui n’ont « d’énergétiques » que pour les intérêts qu’elles servent.