CITATION SUR L'ARGENT

La vie c’est comme la banque: plus t’es pauvre, plus tu payes.

MC Gueul 2 Boi
Demain c'est lundi.

DES CITATIONS AU HASARD QUE VOUS POURRIEZ AIMER

Nul besoin de temples, nul besoin de philosophies compliquées. Notre cerveau et notre coeur sont nos temples.

Il n'importe guère qu'un être soit croyant ou non : il est beaucoup plus important qu'il soit bon.

La sensation d'être heureux ou malheureux dépend rarement de notre état dans l'absolu, mais de notre perception de la situation, de notre capacité à nous satisfaire de ce que nous avons.

On s'intéresse à ses membres comme parties de son corps, pourquoi pas aux hommes comme parties de l'humanité ?

C'est en parvenant à nos fins par l'effort, en étant prêt à faire le sacrifice de profits immédiats en faveur du bien-être d'autrui à long terme, que nous parviendrons au bonheur caractérisé par la paix et le contentement authentique.

L'apaisement réside en chacun de nous.

Le désarmement extérieur passe par le désarmement intérieur. Le seul vrai garant de la paix est en soi.

Je crois que le but de toutes les grandes traditions religieuses n'est pas de construire de grands temples à l'extérieur, mais de créer des temples de bonté et de compassion à l'intérieur, dans nos cœurs.

Lorsque nos intentions sont égoïstes, le fait que nos actes puissent paraître bons ne garantit pas qu'ils soient positifs ou éthiques.

Un ennemi acquis sans effort, c'est un trésor surgi dans la maison ; il doit m'être cher, cet auxiliaire de ma carrière spirituelle.

Il faut avoir une conviction totale dans son propre chemin spirituel, alliée à un respect parfait envers les autres vérités.

On ne peut être aimant et compatissant sans contenir ses désirs et ses intérêts immédiats.

Le bonheur se distingue du plaisir : ce dernier n'est pas lié au sentiment de l'existence, on ne s'y oublie pas en tant qu'être singulier.

Mais, dans la mort d'un homme, un monde inconnu meurt, et je me demandais quelles étaient les images qui sombraient avec lui.

Le grand courage, c'est encore de tenir les yeux ouverts sur la lumière comme sur la mort.