CITATIONS SUR L'HUMOUR

Accueil > Humour > Humour citations et proverbes - PAGE : 7

Le pastis c'est comme les seins, un c'est pas assez et trois c'est trop.

La merde a de l'avenir. Vous verrez qu'un jour on en fera des discours.

Il faut se méfier des comiques, parce que quelquefois ils disent des choses pour plaisanter.

On ne peut pas dire la vérité à la télé : il y a trop de monde qui regarde.

Attention au surmenage. Et surtout quand vous ne regardez rien, pensez à retirer vos lunettes.

Si tu téléphones à une voyante et qu'elle ne décroche pas avant que ça sonne, raccroche !

Quand j'etais jeune j'etais très con. Je suis resté très jeune.

Laissez tomber votre tartine avant de la beurrer.

Est-ce un progrès si un cannibale se sert d'une fourchette ?

Les flatulences sont l'expression de l'esprit.

Le plus dur c'est la diarrhée.

Si un jour tu pètes plus haut que ton cul, c'est que ton cul ne se situe pas là où tu penses.

Pas de couilles pas d'embrouilles.

La dinde de Noël n'était pas assez cuite, elle s'envola par la fenêtre...

Si la connerie était un film, il y aurait plus d'acteurs que de spectateurs...

Si on pouvait voir les poils pubiens de toutes les femmes, on se rendrait compte qu'il y a beaucoup moins de blondes qu'on le pense...cependant, ça ne changerait rien au nombre de connes.

L'échec, c'est la réussite du con.

Elle avait un nez si grand que lorsqu'on l'embrassait sur les deux joues, on avait plus vite fait de passer par derrière.

La preuve que la Terre est ronde, c'est que les gens qui ont les pieds plats ont du mal à marcher.

Un ordinateur c'est bête, ça fait ce qu'on lui dit !

DERNIERES CITATIONS

« Les bonnes idées sortent plus souvent d'un garage que d'un conseil d'administration. »

Stone

[62]

« C'est seulement quand on a trouvé la raison de mourir que l'on oubli celle de vivre. »

Anomyme

[72]

« L'avenir appartient à ceux qui rêvent trop. »

Grand corps malade

[127]

« Pourquoi se souvient-on du passé et pas du futur ? »

Stone

[105]

« Tenez, dit l'avare : voici un calendrier neuf, et qu'il vous fasse toute l'année ! »

Jules Renard

[44]

EN PLUS