CITATION GENERAL DE GAULLE

1

L'administration, c'est mesquin, petit, tracassier. Le gouvernement, c'est pénible, difficile, délicat. La guerre, voyez-vous, c'est horrible, mais la paix, la paix, il faut bien le dire, c'est assommant.

La ruse doit être employée pour faire croire que l'on n'est où l'on n'est pas, que l'on veut ce qu'on ne veut pas.

La vie n'est pas le travail : travailler sans cesse rend fou.

Le succès de l'épreuve de la guerre, comme le bonheur dans la vie, n'existe que par comparaison.

La politique et la stratégie de la guerre ne sont qu'une perpétuelle concurrence entre le bon sens et l'erreur.

Ne croyez-vous pas qu'à la guerre la plus grande franchise soit la plus grande habileté ?

Il n'y a de réussite qu'à partir de la vérité.

Les diplomates ne sont utiles que par beau temps. Dès qu'il pleut, ils se noient dans chaque goutte.

Les exigences d'un grand peuple sont à l'échelle de ses malheurs.

Au sommet des affaires on ne sauvegarde son temps et sa personne qu'en se tenant méthodiquement assez haut et assez loin.

Peut-être la politique est-elle l'art de mettre les chimères à leur place ? On ne fait rien de sérieux si on se soumet aux chimères, mais que faire de grand sans elles.

Le patriotisme, c'est aimer son pays. Le nationalisme, c'est détester celui des autres.

La France fut faite à coups d'épée. La fleur de lys, symbole d'unité nationale, n'est que l'image d'un javelot à trois lances.

Tout peut, un jour, arriver, même qu'un acte conforme à l'honneur et à l'honnêteté apparaisse en fin de compte, comme un bon placement politique.

En notre temps, la seule querelle qui vaille est celle de l'homme. C'est l'homme qu'il s'agit de sauver, de faire vivre et de développer.

La politique, quand elle est un art et un service, non point une exploitation, c'est une action pour un idéal à travers des réalités.

Soyons fermes, purs et fidèles ; au bout de nos peines, il y a la plus grande gloire du monde, celle des hommes qui n'ont pas cédé.

Je suis un monarchiste, la République n'est pas le régime qu'il faut à la France.

Comme un politicien ne croit jamais à ce qu'il dit, il est toujours étonné que d'autres le fassent.

Je vais répondre à une question qui, au fond de la salle, ne m'a pas été posée !

1

DERNIERES CITATIONS

« Il vaut mieux penser le changement que changer le pansement. »

Francis Blanche

[14]

« Même les plus cons ont leur jour de gloire : leur anniversaire. »

Anonyme

[20]

« Puisqu'il faut bien un jour pousser son dernier soupir, autant que ce soit le jour de son anniversaire, au moins ça peut aider à éteindre les bougies. »

Anonyme

[27]

« J'ai rencontré juste avant Pâques un agneau qui faisait des projets d'avenir. »

Anonyme

[20]

« Restez chez vous ! »

Stone

[34]

CONNEXION

IDENTIFIANT :


MOT DE PASSE :