CITATION SUR LA MORT

Dans la nuit du tombeau, les ans l'ont fait descendre.

Voltaire
oedipe. 1718

DES CITATIONS AU HASARD QUE VOUS POURRIEZ AIMER

Si le monde est devenu trop dangereux pour qu'on y vive, ce n'est pas à cause des gens qui font le mal, mais à cause de ceux qui les laissent faire sans bouger

L'intelligence, c'est se mettre à la place des autres avant d'exprimer un jugement.

Je disais un jour à une femme qui se plaignait d'un infidèle : "La plus charmante femme du monde finit toujours par s'apercevoir que la première venue a un avantage sur elle, c'est d'être une autre".

Le serment est-il donc un moyen imaginé pour donner la vraisemblance au mensonge ?

Le dédain est un masque qu'on met sur la tristesse.

L'amour naît de rien et meurt de tout.

On accusait autrefois les hommes politiques de ne songer qu'à "se remplir les poches". Aujourd'hui, on ne leur reproche plus guère que de vider les nôtres.

Quand un penseur politique affirme que les choses ne sont pas simples, c'est en général qu'elles le sont trop.

Quand un gouvernement se trompe, il n'a qu'une solution : persévérer dans l'erreur.

Le temps n'a jamais travaillé pour personne : il est à son propre compte, et il est clair qu'à la longue il ne réussit à personne.

La guerre ne laisse aux survivants que des cimetières à se partager.

De toutes les manières d'être en retard, la pire est celle qui consiste à se croire en avance.

Pendant le siège, toutes les femmes ont mangé du chien. On pensait que cette nourriture leur inculquerait des principes de fidélité. Pas du tout. Elles ont exigé des colliers.

Voyons ! Si Dieu n'existait pas, comment aurait-il eu un fils ?

Non, je ne crains pas la mort. Seulement, je trouve que la providence a mal arrangé les choses. Ainsi je préférerais de beaucoup qu'on enterre mon âme et que ce soit mon corps qui soit immortel.