CITATION SUR LA VIE

Certains en ont assez de faire et de voir les mêmes choses ; les gagne non la haine de la vie mais son ennui, pente où nous glissons, poussés par la philosophie elle-même, en disant : "Jusques à quand les mêmes choses ? Ne vais-je pas me réveiller, dormir, manger, avoir faim, avoir froid, avoir chaud ? Rien n'a de fin, toutes choses s'enchaînent en cercle, fuient et se suivent ; la nuit chasse le jour, le jour la nuit, l'été fait place à l'automne, l'hiver presse l'automne, serré de près par le printemps ; toutes choses passent ainsi pour revenir. Je ne fais rien de nouveau, je ne ois rien de nouveau : on en a parfois jusqu'à la nausée." Nombreux sont-ils pour juger que vivre n'est pas atroce, mais superflu.

DES CITATIONS AU HASARD QUE VOUS POURRIEZ AIMER

Un diamant avec quelques défauts est préférable à une simple pierre qui n'en a pas

Nous avons l'idée de l'Etre parfait ; la perfection comporte l'existence ; donc l'Etre parfait existe.

Allons, courage, pauvre homme ! Fuis un peu tes occupations, dérobe-toi un moment au tumulte de tes pensées. Rejette maintenant tes lourds soucis et laisse de côté tes tracas. Donne un petit instant à Dieu et repose-toi un peu en lui.

La lumière ne brille qu'en présence d'obscurité.

La seule chose que nous ayons à craindre est la crainte elle-même.

Quelque soit la distance qui nous sépare, la Terre est petite lorsque le cœur est grand.

Ce qui est passé a fui, ce que tu espères est absent, mais le présent est à toi.

Nul n'existe vraiment, on ne vit en fait que dans le coeur des autres

La connaissance de soi, seule, suffit.

Le mieux est l'ennemi du bien.

Vivons pleinement ce jour, parce que hier n'est plus et demain ne sera peut être jamais.

Tout est éphémère. Nous vivions pour mourir ; nous rencontrons des gens pour les quitter ; nous possédons des biens pour les perdre. Tout est éphémère.

Le cœur dans les étoiles, la tête dans les nuages, les cheveux dans le vent, les pieds sur terre, mes yeux dans tes yeux, mes mains sur ton corps ton corps sur le mien, la caresse du soleil, le chant du ruisseau, le vol des oiseaux… L’Eden n’est pas loin…

Pensez à l'endroit où vous posez vos pieds.

Il n'y a pas d'arbre de la Bodhi, Ni de miroir précieux, Tout est vacuité, Où donc la poussière pourrait-elle se déposer ?